D.A.A.C s’appuie sur sa connaissance du terrain et ses compétences pour identifier les besoins généraux d’une population et d’un environnement spécifique, mais également les besoins individuels de personnes en grande difficulté sociale ou ayant des problèmes de santé parfois graves.

Nos médiateurs assurent une veille sanitaire et sont informés par les habitants de l’augmentation des cas de dengue ou de diarrhées dans les quartiers. Nous sommes également sollicités par nos partenaires pour répondre aux besoins qu’ils répertorient sur le terrain :

– Conseil Général pour la recherche de personnes perdues de vue près un test palu ou dengue dans les quartiers ;

– CCCL et mairies pour organiser des mayouris participatifs pour la destruction de gîtes larvaires ;

– ARS pour répondre à une épidémie de paludisme, de dengue ou diarrhées…

D.A.A.C a déjà organisé, en partenariat avec l’ARS, des campagnes de distribution de filtres brésiliens, de moustiquaires et de nombreux mayouris participatifs pour la destruction de gîtes larvaires et le ramassage de déchets sauvages.

Ainsi, les différentes campagnes ont montré l’intérêt des habitants pour cette problématique et la pertinence d’une démarche communautaire participative pour lutter efficacement contre ces problèmes de santé publique en réduisant durablement des risques sanitaires liés à l’environnement des populations concernées.

Enjeux du projet : connaissance fine des différents territoires prioritaires de l’Ile-de-Cayenne est rendue nécessaire par l’évolution des informations précédemment récoltées ainsi que la redéfinition future des Contrats Urbains de Cohésion Sociale. De plus, il semble essentiel de prévenir une nouvelle épidémie de dengue similaire à celle vécue en 2013.

Population cible : population de 9 quartiers prioritaires des communes de Rémire-Montjoly, Matoury et Cayenne

Objectifs du projet :

 – général : Améliorer la connaissance des conditions de vie des populations par un diagnostic des quartiers prioritaires de l’Ile-de-Cayenne

– opérationnels :

* Mesurer les risques sanitaires des quartiers précaires et les moyens de prévention utilisés par les habitants (accès à l’eau potable, dengue, électricité, déchets)

* Développer la mobilisation sociale par une approche communautaire

* Sensibiliser la population aux risques sanitaires liés à l’eau et à la dengue