Le projet « Nova esperança », initié en 2009, correspond à la mise en évidence de besoins non couverts en matière transfrontalière. Ont émergé une nécessité  de connaissances des besoins des populations et des besoins d’action en lien afin d’améliorer l’intégration des populations des deux rives du fleuve sur le plan socio-éducatif et sanitaire ; ceci tout en renforçant la coopération transfrontalière concrète.

À cette fin l’association D.A.A.C a initié la création d’une association locale DPAC (Desenvolvimento, Prevenção, Acompanhamento e Cooperação de Fronteira) en 2009 afin de pouvoir asseoir son action sur la ville d’Oiapoque et en matière de coopération transfrontalière.

Ce partenariat innovant permet aujourd’hui d’initier impulser, de réaliser et d’envisager des actions de terrain et de coopération transfrontalières.

La méthodologie adoptée est celle de l’approche communautaire associée à une démarche participative (CCC).